James Marson, ancien Maire

C’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que j’apprends la disparition de mon grand ami, James Marson.

Maire de La Courneuve de 1973 à 1996, Sénateur de la Seine Saint Denis de 1975 à 1986, James vivait sa fonction, comme beaucoup d’élu-e-s, de manière militante et désintéressée.
Derrière sa silhouette fluette, sa simplicité et sa modestie, une personnalité tenace et déterminée a contribué de donner à La Courneuve ses couleurs combatives et solidaires.
Il nous a appris à conjuguer créativité et résistance au moment où notre territoire à subit de plein fouet les effets de la désindustrialisation brutale des années 70.
Beaucoup de Courneuviennes et Courneuviens se souviennent de sa proximité naturelle et de combien la défense de leurs intérêts collectifs et individuels lui importait.
Après avoir passé le flambeau, il est resté très attentif à la vie de notre commune et a continué de s’impliquer discrètement mais toujours avec une bienveillance chaleureuse envers l’équipe qui lui succéda.
Je pense à sa famille, ses deux filles, Sylvie et Isabelle, ses petits-enfants auxquels il a consacré tellement d’amour et d’affection, jusqu’à ses derniers instants. Je veux leur dire toute mon amitié et ma peine dans ces moments douloureux.
Nous informerons la population, dans les prochains jours, des modalités de l’hommage que la Municipalité rendra à son ancien Maire.
Un registre de condoléances sera installé à l’Hôtel de ville, à partir de 14h, le lundi 4 décembre 2017.

Le président de la République ne nous a pas rassurés lors de son discours au Congrès des maires.

En effet, nous n’avons eu aucune annonce nouvelle concernant son soutien aux collectivités, si ce n’est une possible réforme de la fiscalité locale à l’horizon de 2020, sans d’ailleurs en préciser les objectifs.

En revanche, il confirme bien que pour désendetter l’état, il va puiser 13 nouveaux milliards d’euros dans les caisses des villes. Nouveaux car cela fait suite aux 11,5 milliards d’euros déjà ponctionnés par le gouvernement de Hollande, ce qui représente déjà 8 millions d’euros pour La Courneuve.

En 2018, 93,5 % des foyers fiscaux courneuviens seront exonérés de la taxe d’habitation, ce qui, j’en suis certain, ravira tout le monde, excepté les 6,5 % des Courneuviens qui vont continuer à payer avec le sentiment de le faire pour tout le monde. Pourtant ces derniers ne sont ni des riches ni des rentiers.

C’est pourquoi, face à ce sentiment d’injustice, j’ai saisi le gouvernement pour lui demander d’exonérer tout le monde et d’apporter des garanties solides sur l’indemnisation des collectivités.

C’est donc dans ces conditions confuses et contraignantes que nous préparons le budget 2018, convaincus que La Courneuve n’a pas d’économies à réaliser.

Nous ne gaspillons pas les moyens dont on dispose.

Ceux qui gaspillent sont ceux que l’état protège. Les assujettis à l’impôt sur la grande fortune qui vont sabrer le champagne grâce aux 4 milliards de cadeaux qu’ils viennent de gagner. Ceux qui détournent 80 milliards d’euros d’impôts par an grâce à la fraude fiscale.

Tout ceci n’est pas acceptable d’autant qu’au final, ce sont les services publics, l’accès aux droits, les solidarités qui payent la facture.Il est temps que les paradis fiscaux parasites, les profits exorbitants qui nous amènent à ce que 10 % de la population possède 86 % des richesses créées dans le monde payent leur dû. Pas nous ! C’est nécessaire afin que les talents, les envies, les besoins de notre population soient concrètement soutenus et que l’on cesse de nous couper les vivres, de freiner nos efforts, de frustrer l’énergie de nos jeunes…

Monsieur le Président : reprenez aux profiteurs, aux tricheurs, aux gaspilleurs les richesses qu’ils pillent. Et faites-nous confiance. Misez sur tous ces jeunes, ces femmes, ces nouveaux arrivants dont l’impatience à contribuer au développement de leur territoire vous surprendra.

Éditorial publié dans le journal Regards n°485

Non à la fracture fiscale

En 2018, suite à la réforme de la fiscalité locale impulsée par le Gouvernement, 93.5% des Courneuviennes et Courneuviens seront exonérés de la taxe d’habitation.

Je comprends et partage la satisfaction de toutes celles et ceux qui ne vont plus avoir à payer cet impôt injuste puisque n’étant pas assis sur les revenus des ménages, surtout en ce temps de « disette ».

Pour autant avec un tel système, l’infime minorité, 6.5% de la population qui ne rentre pas dans les critères d’exonération aura le sentiment, un peu légitime, d’être seule à payer pour tout le monde.

Le sentiment d’injustice qui peut naître de cette situation risque d’être d’autant plus fort qu’ici celles et ceux qui vont payer sont loin d’être assujettis à l’impôt sur les grandes fortunes.

J’ai donc décidé de saisir le Gouvernement sur plusieurs points :

1)      Une demande d’examen pour aller vers une exonération générale vu notre spécificité afin que ne s’installe pas une fracture entre l’immense majorité et la minorité.

2)      Assurer une garantie de ressources aux collectivités et que celle-ci accompagne l’évolution de notre territoire.

3)      Une refonte globale de la fiscalité locale permettant de redonner une véritable autonomie financière aux collectivités.

Notre territoire et sa population ont besoin de justice et d’attention.

COMMUNIQUÉ

Le 100e congrès des Maires a été particulièrement marqué par la colère des élus. Baisse des dotations, réforme de la taxe d’habitation, réforme institutionnelle… Si le discours du Président de la République fut consensuel, aucune annonce concrète n’est de nature à nous rassurer. Annoncer une réforme de la fiscalité ! Je suis d’accord. Je le demande, avec d’autres, depuis des années. Mais j’attends toujours une orientation, un sens, des faits qui me montre quel va en être l’objectif.

Car pour l’heure, le seul objectif clairement réaffirmé est d’imposer 13 milliards d’économies aux Villes, Départements et Régions.

Dans ce contexte, rien ne me rassure pour la préparation de notre budget pour 2018.

En effet, entre 2012 et 2021, ce sont 25 milliards d’euros qui auront été prélevés dans les caisses des collectivités locales. Le Président nous parle de bonne gestion ! Mais nos communes sont bien gérées- la preuve l’ensemble des collectivités ne pèsent que pour 3% dans les déficits publics du pays.

Par contre, est-ce une bonne gestion de la part de l’État de laisser 80 milliards d’euros d’impôts s’échapper, tous les ans ? Est-ce une bonne gestion de faire cadeau de 4 milliards d’euros supplémentaire aux assujettis à l’impôt sur la grande fortune ?

Mais au fond, est-ce les dépenses publiques, c’est-à-dire l’action publique, les services publics, l’accès aux droits de toutes et tous, les solidarités qui doivent sans cesse être la cible de toutes les attaques ?

Je ne le pense pas.

Attaquons au contraire ces paradis fiscaux parasites, ces profits exorbitants qui nous amènent à ce que 10% de la population possède 86 % des richesses créées. Ce sont des proportions identiques à celles qui existaient sous l’ancien régime.

Oui, il est juste et nécessaire que nous revendiquions de Lire la suite

Elles parlent

L’approche du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence envers
les femmes, coïncide avec un événement d’une grande portée. De nombreuses femmes ont décidé de briser la loi du silence, de rompre la chaîne de la culpabilité pour dénoncer les violences et les humiliations que des hommes, se croyant protégés et tout puissants,
leur ont fait subir.

Je salue leur courage et veux leur dire combien nous sommes disponibles, à leur écoute. Car nous souffrons d’imaginer combien, tout près de nous, sont celles qui gardent l’effroi de ce secret qui les ronge, qui leur vole leur vie. Elles portent trop souvent seules ce lourd et dévorant fardeau, au cours de longues nuits blanches. Le jour où l’on parle, un sentiment de chute dans le vide peut nous retenir. Mais ce saut convoquera de très nombreuses mains qui amortiront la chute et vous aideront à vous poser. Vous serez entendues, soutenues.

Il y a forcément quelqu’un, autour de vous, une oreille bienveillante, prêt à vous entendre. Tournez votre regard, au-delà de votre champ habituel. Vous n’êtes pas seule. La parole libère… elle libère d’autres paroles. Et ce secret qui Lire la suite

Beaucoup de choses à envisager ensemble

La semaine prochaine, l’ensemble des comités de voisinage de la ville vont se réunir.
Pour tou-te-s les habitant-e-s, ce sera l’occasion de faire le point sur leur quartier, de rencontrer les nouveaux venus et d’aborder les différents sujets à l’ordre du jour, décidés collectivement par les habitant-e-s impliqués dans les bureaux des six comités de voisinage.

Je vous invite donc à participer à ces moments privilégiés, où nous débattrons ensemble des questions qui méritent notre attention, mais aussi des sujets importants qui concernent notre ville.Comme les dernières annonces du gouvernement concernant les budgets des collectivités locales qui mettent gravement en danger nombre d’actions et de services déployés ici.

Alors que légitimement vous nous interpellez pour faire mieux voire plus, nos budgets, eux, diminuent. C’est inadmissible.
Si rien ne bouge, demain il faudra Lire la suite

Babcock : c’est parti !

Ce 18 octobre fut une bien belle journée. Nous avons, avec Soumya Bourouaha, adjointe au maire déléguée à la culture, et Mélanie Davaux, conseillère municipale, déléguée à l’aménagement, eu le plaisir de présenter l’équipe classée première par le jury du concours « Inventons la métropole » à la Maison de la citoyenneté.

Une première concertation a permis de retenir trois consortiums (investisseurs, architectes…), notre préférence s’est portée sur La Fabrique de la culture représentée par la compagnie de Phalsbourg et l’architecte Dominique Perrault à qui l’on doit notamment la Bibliothèque nationale de France (BnF). Je vous invite à découvrir, dès maintenant, les grandes lignes des propositions d’aménagement de Babcock sur le site de la ville. Dans les mois qui viennent, nous construirons avec vous la mutation de Babcock, qui va devenir un lieu majeur du Grand Paris et offrira aux Courneuvien-ne-s un immense espace de vie, de découvertes culturelles et d’activités diverses.

Nos efforts pour défendre les atouts de notre ville qui fourmille de richesses humaines et de potentialités paient. Les équipes d’architectes et d’aménageurs les plus réputées, les milieux économiques se sont démenés pour créer, investir et s’installer chez nous.

Oui, La Courneuve intéresse, se développe, attire… Oui, les Lire la suite