“Notre ville a le taux d’imposition le plus faible du département !”

10 octobre 2013 0 Par gillespoux.fr

La taxe d’habitation et la taxe foncière arrivent actuellement chez les Courneuvien-ne-s, et le moins que l’on puisse dire c’est que cela augmente.

Oui, pourtant depuis 2009, j’ai proposé chaque année au conseil Municipal de ne pas augmenter le taux de la taxe d’habitation et de la taxe foncière. D’ailleurs notre ville à le taux d’imposition le plus faible du département.

Malheureusement l’Assemblée Nationale, en lien avec le Trésor Public a décidé, elle, de revaloriser la base d’imposition de 1,8 % pour 2013, soit un pourcentage bien supérieur à l’inflation et surtout à l’évolution du pouvoir d’achat. Après l’augmentation des impôts sur le revenu c’est un nouveau coup dur, injuste, car le gouvernement ne fait reposer l’effort national que sur les familles, les classes moyennes, les salariés et les retraités.

Et comme les Courneuvien-ne-s, j’attends désespérément la fameuse réforme fiscale annoncée par le Président dans sa campagne et qui devait remettre de la justice en s’attaquant au cancer de la finance.

Comment faites-vous pour ne pas augmenter les impôts ?

Cela demande un travail sérieux, en ayant en permanence une seule chose en tête « chaque euro dépensé doit être un euro utile pour les habitants ».

A titre d’exemple, lors du dernier Conseil Municipal une décision modificative du budget a été prise, avec l’objectif de répondre aux besoins d’encadrement des enfants (notamment pour la nouvelle école A. Davis), par la création de nouveaux postes et pour accompagner les activités en direction des séniors.

Ensuite il faut monter des dossiers, se mobiliser pour aller chercher des aides, des subventions, faire reconnaitre les besoins de notre ville.

C’est d’autant plus important que dans le même temps les nouvelles ne sont pas bonnes puisque le budget de l’Etat pour 2014 consacre une nouvelle baisse de plus d’un milliard d’euros de dotation aux villes.

A croire que l’on veut aussi imposer aux communes une cure d’austérité qui se traduirait inévitablement par une remise en cause de notre champ d’action et des services publics.

Or quand avec Plaine Commune par exemple, on finance à hauteur de 142 000 euros une partie du plan de sauvegarde de la résidence de la Fontanelle, alors que le Conseil Général a décidé d’arrêter ce type de financement, je n’ai pas l’impression que cela soit inutile, bien au contraire.

Publié dans Regards n°391