“Nous avons besoin ici plus qu’ailleurs de nos services publics,…”

18 février 2016 0 Par gillespoux.fr

Le Conseil municipal a tenu son débat d’orientations budgétaires. Qu’en avez-vous retenu ?

Tout d’abord, une participation enrichissante des élus, toutes tendances confondues. Cela fait plaisir, et c’est utile pour faire les bons choix à venir. Ensuite, je retiens deux éléments essentiels. En premier lieu, cela a été l’occasion de vérifier, chiffre à l’appui, que notre ville n’est pas dangereusement endettée. Nous avons une situation saine grâce au sérieux du travail mené depuis de nombreuses années.

Deuxièmement, la baisse des dotations financières de l’État devient préoccupante pour l’avenir, et appelle, comme je l’ai redit dans ce débat, une mobilisation nouvelle pour arrêter de mettre toujours les mêmes à contribution. Enfin une volonté forte s’est exprimée : nous avons besoin ici plus qu’ailleurs de nos services publics, et de continuer à pouvoir accompagner les projets de développement de notre ville. C’est indispensable pour créer les conditions que notre ville soit un vrai point d’appui pour les Courneuviennes et les Courneuviens. Voilà donc quel va être notre état d’esprit pour finaliser la construction du budget, que nous voterons le 31 mars.

Pour la première fois apparaît « l’aide aux maires bâtisseurs »

C’est en effet une bonne nouvelle. Il s’agit d’une aide de l’État aux communes qui participent à l’effort de construction. Certes, elle représente moins de 1 % de nos recettes, et n’est pas à la hauteur des efforts consentis, mais n’oublions pas que nous l’avons obtenue après des années d’actions, prouvant au passage qu’il est possible de faire bouger les lignes.

Par ailleurs, le Conseil municipal a adopté un vœu contre le projet de loi constitutionnelle.

En effet, le Conseil municipal s’est prononcé contre le projet de loi constitutionnelle sur l’état d’urgence et la déchéance de nationalité. Nous avons voulu notamment marquer notre refus ferme d’une évolution de la constitution qui consisterait, de fait, à créer une catégorie de Français, les binationaux, pouvant conduire à la division du peuple et engendrer des politiques de stigmatisations et de ségrégations. C’est contraire aux valeurs de la République ! Et en plus, c’est totalement inefficace dans la lutte contre le terrorisme, qui doit au contraire reposer sur une puissante unité nationale, sur un socle commun d’égalité et de progrès social.

Éditorial publié dans le journal Regards n°445