“La question d’un plan de rattrapage de l’école en Seine-Saint-Denis reste pleinement d’actualité…”

7 septembre 2015 0 Par gillespoux.fr

Comment s’est passée cette rentrée scolaire ?

Plutôt bien. L’engagement des enseignants et du personnel communal, ainsi que les priorités budgétaires de la Ville afin d’équiper et d’entretenir les écoles ont permis que les 5 600 enfants de maternelles et d’élémentaires retrouvent avec plaisir ce temps d’apprentissage, de savoirs essentiels pour leur avenir.
Il faut néanmoins que nous restions vigilants sur les moyens indispensables en professeurs des écoles, en réseau d’aide… La question d’un plan de rattrapage de l’école en Seine-Saint-Denis reste pleinement d’actualité si nous voulons inverser la courbe de l’échec scolaire.

Quelles sont les nouveautés ?

C’est en premier lieu la mise en place d’activités périscolaires renouvelées, plus importantes et gratuites. C’est un projet ambitieux, travaillé en équipe dans l’intérêt de l’enfant et qui se dote de moyens d’encadrement avec des professionnels, éducateurs sportifs, culturels, sociaux éducatifs, intervenants d’associations. Tout cela, pour permettre aux enfants d’éveiller leur curiosité intellectuelle et de renforcer leur plaisir d’apprendre. C’est, je crois, dans le cadre d’une reforme que je continue à juger insatisfaisante, un vrai « plus » qui sera apporté aux enfants.
Par ailleurs, d’importants investissements vont être lancés, notamment pour restructurer le groupe scolaire Vallès/Robespierre (14 millions d’euros) et pour construire un nouveau groupe scolaire sur le site Rosenberg (15 millions d’euros). C’est dire que pour nous, l’école est vraiment notre priorité.

L’actualité, c’est aussi la question des populations roms sur notre ville…

Oui, et pour tout dire, je suis en colère.
Dans cette ville, qui ne fait aucun ostracisme en direction de qui ce soit, qui accueille, qui développe de fortes politiques publiques de solidarité, l’État se décharge et nous demande de tout régler seul. Et certains nous mettent, me mettent sur le banc des accusés !
C’est inacceptable. Ces populations ont besoin de solidarité nationale.
Nous n’avons pas à subir les carences de l’État et je continuerai à me battre pour faire respecter les Courneuviennes et les Courneuviens.

Éditorial publié dans le journal Regards n°434