Pour la Syrie

12 septembre 2013 0 Par gillespoux.fr

Comme de nombreux Courneuviennes et Courneuviens, je suis profondément touché par l’escalade destructrice qui ravage la Syrie, et par la folie meurtrière du régime de Bachar Al-Assad. L’utilisation d’armes chimiques par ce dernier – rapportée par de nombreux témoins – ajoutant l’effroyable à l’inimaginable.

Aider le peuple syrien à sortir de cette horreur est donc une urgence humaine. Ce doit être la seule urgence et le seul objectif de l’action de la France.

C’est pourquoi j’ai la conviction que les enfants, les femmes, les hommes et les forces progressistes de Syrie, attendent autre chose de la France qu’une intervention militaire dont ils seraient les grands perdants.

En effet, elle ne permettrait en rien de faire progresser l’indispensable transition démocratique en Syrie. Au contraire, elle ferait courir le risque d’une nouvelle escalade de la violence, voire d’un embrasement régional aux conséquences incalculables.

Depuis plusieurs années, dans l’ensemble du monde arabe, les peuples se sont soulevés avec, en commun, une même soif de justice, de liberté. Cependant, ce bel et fragile espoir démocratique demeure sous la menace des forces obscurantistes. Ce risque existe, hélas, aussi en Syrie. Les précédentes interventions militaires dans cette partie du monde n’ont-elles pas montré qu’elles conduisent à conforter les pires extrémismes, plutôt qu’à enraciner la démocratie et le développement ?

Je crois que si la France veut vraiment aider le peuple syrien, elle ne doit rien entreprendre en dehors de l’ONU, elle doit exercer une pression diplomatique vigoureuse et agir pour un sommet réunissant les parties en conflit et les principales puissances impliquées.

C’est d’ailleurs la position de nombreux pays membres de l’Alliance atlantique qui ont signifié ces derniers jours leur refus d’intervenir en Syrie.

L’heure est à la solution politique, il n’y a pas d’autres voies.