Réforme de l’éducation, rythmes scolaires… Gilles Poux fait le point.

5 décembre 2013 1 Par gillespoux.fr

Le dernier rapport PISA sur le niveau dans le monde des élèves de 15 ans en mathématiques, place la France au 25e rang. Qu’en pensez-vous ?

Notre pays a encore reculé. Comment s’en étonner ? Sous Sarkozy, entre 2007 et 2012, la formation des enseignants a été abandonnée, 80 000 postes ont été supprimés, et l’éducation n’a plus été considérée comme une priorité nationale. De fait, cela a des conséquences graves sur les conditions de travail des enseignants, sur les effectifs dans les classes, sur les moyens dédiés à l’accompagnement des élèves. Quand à cela s’ajoute la dégradation des conditions de vie des familles, cela conduit à ce que l’école elle-même aggrave les inégalités. Et dans un département comme le nôtre, les inégalités scolaires sont si profondes qu’elles s’apparentent aujourd’hui à de véritables discriminations territoriales. C’est d’ailleurs pour cette raison que j’aidemandé au ministre de l’Éducation nationale un vrai plan d’urgence pour l’école en Seine-Saint-Denis.

Comment inverser la situation ?

En arrêtant de multiplier les réformes imposées d’en haut. Il faut prendre le temps de mettre tous les acteurs de l’école autour de la table pour construire un vrai projet. En parallèle, il faut faire en sorte que l’éducation soit vraiment une priorité nationale en formant des enseignants, en réactivant les réseaux d’aides, en assurant les remplacements, en ouvrant les classes nécessaires, en tenant compte des inégalités d’un territoire à l’autre, au-delà des classements ZEP qui sont devenus inefficaces. Il faut donc avoir le courage politique de poser la question de l’utilisation de l’argent public, de la répartition des richesses : l’éducation de nos enfants, l’avenir même de notre société méritent bien cela ! Dans ce contexte, malgré une inversion des tendances précédentes, je considère que les moyens mis par le gouvernement sont encore en dessous des besoins. Chacun constate que lors des débats sur les rythmes scolaires, celles et ceux qui y participent, s’interrogent surtout sur l’ambition éducative de la Refondation de l’école annoncée.

Où en est la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires ?

Nous continuons notre concertation avec les parents, les enseignants et les personnels concernés. Plus de 1 400 questionnaires mis à disposition des parents sont à ce jour revenus, et nous ne tarderons pas à en rendre compte. Pour ma part, je suis favorable à un vrai projet ambitieux, qui ne s’enferme pas dans le cadre restreint de la loi, avec des vrais temps éducatifs de qualité, d’éveil et de découvertes, répartis par exemple sur deux après-midi entiers. Mais pour cela, il faut prendre le temps de la construction collective, et que les moyens alloués aux villes soient assurés et pérennisés.

Éditorial publié dans le Regards n°395