Elles parlent

L’approche du 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence envers
les femmes, coïncide avec un événement d’une grande portée. De nombreuses femmes ont décidé de briser la loi du silence, de rompre la chaîne de la culpabilité pour dénoncer les violences et les humiliations que des hommes, se croyant protégés et tout puissants,
leur ont fait subir.

Je salue leur courage et veux leur dire combien nous sommes disponibles, à leur écoute. Car nous souffrons d’imaginer combien, tout près de nous, sont celles qui gardent l’effroi de ce secret qui les ronge, qui leur vole leur vie. Elles portent trop souvent seules ce lourd et dévorant fardeau, au cours de longues nuits blanches. Le jour où l’on parle, un sentiment de chute dans le vide peut nous retenir. Mais ce saut convoquera de très nombreuses mains qui amortiront la chute et vous aideront à vous poser. Vous serez entendues, soutenues.

Il y a forcément quelqu’un, autour de vous, une oreille bienveillante, prêt à vous entendre. Tournez votre regard, au-delà de votre champ habituel. Vous n’êtes pas seule. La parole libère… elle libère d’autres paroles. Et ce secret qui vous brûle à petit feu deviendra l’affaire de toutes et tous parce que vous l’aurez partagé. Vous verrez ainsi que nous sommes nombreux à nous sentir concernés. On peut se libérer de ce qui a brisé en nous toute force et tout espoir. On peut se reconstruire.

Aucun milieu n’est épargné par ce phénomène si répandu. Autour de nous survivent des jeunes filles, des femmes, qui ont subi dans la rue, au travail ou dans le cercle privé, une forme de violence ou de harcèlement, qu’il soit moral ou sexuel.

À La Courneuve, cela fait bien longtemps que nous prenons ce sujet à bras-le-corps.
Avec le travail qui est mené par la délégation pour l’égalité femme-homme, de Corinne Cadays-Delhome, La Courneuve agit, accompagnée par Femmes Solidaires, Africa, le Comité des droits des femmes…

Servez-vous des initiatives organisées le 25 novembre pour parler, se rencontrer, sous la forme et dans les conditions que vous choisirez. En 2016, 123 femmes sont tombées sous les coups de leur conjoint. Des milliers d’autres souffrent, se taisent… Aidons-les à parler.

Éditorial publié dans le journal Regards n°484

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>