Sortir de l’impasse

22 novembre 2013 0 Par gillespoux.fr

Des bonnets rouges de Bretagne avec leurs contradictions, aux salariés H&M du Bourget, et surtout aux Courneuviennes et Courneuviens que je rencontre, un même constat s’impose :

« Ça ne peut pas durer, ce n’est pas le changement attendu ! ».

Si la qualification de l’équipe de France pour la Coupe du monde au Brésil nous met un peu de baume au cœur, cela ne suffit pas à redonner confiance fasse au chômage qui ne cesse de progresser, aux impôts de cette fin d’année, à la TVA qui va augmenter et va prélever 7 milliards de plus sur le pouvoir d’achat des familles à partir de janvier.

Tout cela est injuste, surtout quand dans le même temps les grandes entreprises ont reçu 55 milliards d’aides publiques en 2013 sans aucune contrepartie pour l’emploi et les salaires.

Et l’annonce récente par le premier ministre d’une remise à plat de notre système fiscal risque d’être la goutte d’eau qui fait déborder le vase, quand par avance on nous annonce que les couches populaires et moyennes ne payeront pas moins d’impôts.

Il suggère même une fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu  et qui désavantagerait encore un peu plus les salariés, et surtout entend maintenir sa ligne de réduction des dépenses publiques  si essentielles pour les habitants.

Disons le franchement, ce n’est pas ce que j’attends, et il est urgent que ce gouvernement change de cap.

Oui une réforme de la fiscalité est nécessaire. Mais pour sortir de l’impasse, il est temps de mettre à contribution les revenus financiers, d’inverser la courbe des taxes qui conduit à taxer les entreprises du CAC, 40 à 8%  alors que les PME le sont à 39%. *

Oui il est nécessaire de repenser la fiscalité pour en faire un outil au service de l’emploi, de la croissance et non des banques et usuriers en tout genre.

Ne baissons pas les bras, d’autres choix sont possibles.

*Source Assemblée Nationale et Ministère des finances.

Éditorial paru dans le Regards n°394